Savoir dire non

Pourquoi il est urgent de savoir dire non quand on est entrepreneur

Un entrepreneur, une personne qui sait saisir les opportunités qui se présentent. Sollicitations, clients, partenariats, on accepte tout ou presque, parfois par peur de rater l’occasion en or. Apprendre à dire non ? Renoncer, pas vraiment, choisir, plutôt. Savoir dire non serait une des clés de la réussite des entrepreneurs. Fini la culpabilité, il est temps d’avancer ; dire non, c’est dire oui à ce qui est important pour moi.

Savoir dire non quand on est entrepreneur  

Dire « oui » par peur de décevoir ! On hésite à dire non, on a peur du regard des autres.  On s’imagine déplaire, les prospects ne viendront plus si je refuse. Et puis, les autres pourraient remettre en question nos compétences. Bonjour, la mauvaise réputation.

Dire non à un prospect, on n’y pense pas.
Toujours cette peur du carnet de commande vide, des revenus en dents de scie, peur de passer à côté du client en or, de la mission de nos rêves. Je prends du recul. Je réfléchis au message que je fais passer sur la valeur de mon offre quand j’accepte n’importe quel travail à n’importe quel tarif…

Peur de voir un client nous quitter ?
Parler avec nos clients, construire une relation de confiance et si nécessaire, lui expliquer notre refus, un choix motivé par le prix demandé, par les délais à tenir, par exemple. Si ce respect mutuel n’existait pas, dire oui aux exigences de mon client n’empêche pas d’autres problèmes d’arriver, d’autres situations compliquées à gérer.

3 bonnes raisons d’apprendre à dire non

  • Je dis oui à ce qui est important pour moi
    Mes priorités, mes objectifs sont clairs, je choisis en connaissance de cause. Si mes limites sont floues, on ne sait pas pourquoi on dit oui, pourquoi on dit non. Un entrepreneur qui saisit toutes les opportunités, et qui se disperse aussi. On accepte tout et on s’en mord les doigts. Bonjour la frustration, la colère, la fatigue.
  • Je maîtrise mon temps
    J’arrête d’être parfaite, gentille
    , de répondre trop vitre aux sollicitations. A tout accepter, je risque de voir mon agenda envahir par les demandes des autres.
    J’aime ce que je fais, je concentre mon temps, mon énergie sur mes priorités, sur ce qui fait sens avec ma mission et ma vision d’entrepreneur.
  • Je préserve ma relation avec mes interlocuteurs
    Dire oui, c’est plaire, mais, cela peut aussi agacer. Décliner une demande d’un client, c’est aussi une façon de montrer que je le respecte. Je ne dis pas oui à tout, je suis une experte, j’explique les raisons de mon refus, je propose des alternatives. Cette attitude me crédibilise, j’ai une relation de confiance avec ce client.

« Ne pas prendre les choses personnellement » disent les fameux accords toltèques. Dire non, c’est apprendre à faire la différence entre la personne et son comportement. Je ne dis pas non à mon interlocuteur, je dis non à un contrat, un dossier, une mission.  Le refus n’est pas une opposition, il est temps de cesser de le justifier, de culpabiliser.

Quand dire non quand on est entrepreneur ?  

Tout va bien. On est un entrepreneur heureux ! On croule sous les sollicitations, des prospects qui ne correspondent pas à notre client idéal, des clients qui demandent des missions irréalistes, peu rentables. Alors, on répond « oui », on jongle, on se pense magicien et les journées s’allongent.

Pas d’objectifs précis, c’est la porte ouverte sur la perte de contrôle de notre emploi du temps. J’ai compris qu’on pouvait travailler autrement, je concentre mon temps, mon énergie sur les actions qui contribuent réellement à la réalisation de mes objectifs.

Je reprends le contrôle, je définis le cap, ma mission est claire, mes priorités et objectifs des prochains mois une évidence. C’est parti pour une entrepreneure sur le chemin de la réussite et de l’efficacité !

Trois astuces pour savoir dire non sans se justifier

  • J’évalue la situation, je ne dis pas non directement
    Je pose des questions, je cherche à évaluer la situation. Je m’intéresse à ce que me dit mon prospect, je prends ces demandes en considération. J’ai toutes les informations pour évaluer les conséquences de ces demandes. Suis-je face à un prospect aux demandes irréalistes, ou alors sont-elles légitimes, et me permettent-elles d’être rentable ?
  • J’étaye mon refus par des éléments vérifiables, solides
    Pas d’explications sans fin, je tourne autour du pot, je vous le dit, mais, pas vraiment. Mon client doit comprendre que ma décision est juste, qu’elle est cohérente notamment avec mes objectifs, mes motivations, la vision de mon activité. Je suis franche, je parle en utilisant le « je ». Fini les excuses, les « désolé ».
  • Je propose des alternatives, des solutions
    Je propose une négociation de tarif avec contrepartie, je cherche une solution aux délais demandés. Je peux aussi inviter le client à contacter d’autres entrepreneurs, d’autres freelances.

Parfois, on le sent pas, quelque chose d’irrationnel, l’intuition de ne pas signer cette mission dans ces conditions. Que faire ? Y aller, ne pas faire, et donc, passer à côté d’un nouveau contrat ! Lorsque j’ai démarré mon activité, j’ai signé un contrat malgré une « mauvaise intuition ». Difficile de dire non quand on se lance, qu’on cherche des clients. Je m’en suis mordue les doigts, la mission s’est terminée plus vite que prévu dans des conditions difficiles. Depuis, je fais confiance à cette petite voix, je m’écoute ; on ne naît pas entrepreneure, on le devient.

Conclusion

Aimer ce que l’on fait sans tout sacrifier, c’est apprendre à dire non.   

J’ai abandonné un oui facile prononcé par peur. J’ai compris que cela traduisait un manque de confiance en moi.

Aujourd’hui, je choisis un OUI franc et réfléchi, il correspond à mes compétences, mes prix, mes valeurs. Quand les conditions ne sont pas réunies, je dis simplement non, je gagne du temps. Oui, je choisis mes clients.

Je m'appelle Frédérique Genicot, je suis entrepreneure, votre coach pour le développement commercial de votre activité. Ma passion : transmettre et faire grandir l’Autre. Je vous motive à tester, à essayer, à sortir de votre zone de confort avec bienveillance et authenticité. Ce que j’aime, ce qui me motive, c’est voir votre activité décoller, sentir la confiance vous gagner, vous voir devenir ce que vous avez choisi d’être.

RELATED POST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir
6
Cacher