Mes secrets pour trouver des clients lors d’une soirée networking

Networking
MeDoWe : Mes secrets pour trouver des clients lors d’une soirée networking
12 septembre 2018 | Frédérique Genicot

Participer à une soirée networking, développer son réseau et trouver des clients. L’idée est séduisante, entre l’intention et une signature de contrat, il y a des étapes à respecter, des actions à faire, d’autres à éviter. Voici la check list pour réussir la prochaine soirée networking.

Pourquoi participer à une soirée networking ?

Première condition de réussite : avoir un objectif précis et s’y tenir.

On a choisi de sortir, de participer à un événement pour rencontrer des personnes intéressantes, des entreprises, des professionnels potentiellement intéressés par notre offre. Des prospects, des clients idéaux.

Parfois, on trouvera des clients indirectement. Ce sont des partenaires, des prescripteurs, des influenceurs qui pourront nous mettre en relation avec des futurs clients.

« Récolter un maximum de cartes de visite » n’est pas un objectif précis !

Mon objectif pourrait être : sortir de la soirée networking avec 5 cartes de visite de client idéal et/ou rencontrer des personnes bien précises (noms identifiés parmi les participants).

Comment trouver une soirée networking ?

Il y a évidemment des réseaux qui proposent à leurs membres des soirées pour réseauter. Alors, comment trouver cet événement unique qui n’oblige à aucune adhésion, cotisation annuelle, et implication régulière ?

D’abord, j’interroge mes clients. Où sortent-ils ? Quelle conférence suivent-ils ? Où ont-ils rencontrés des entrepreneurs intéressants ?

Ensuite, il faut écouter les copines, les copains entrepreneurs. Je leur demande quelle soirée networking ils me recommanderaient et pourquoi.

Enfin, je peux aussi consulter l’application Axielles, le site eventbrite, recevoir chaque semaine des propositions de Meet Up sélectionnées en fonction de mes centres d’intérêt.

Les choses à faire avant de participer à une soirée networking

Trouver des clients, on parle bien de prospection et qui dit prospection réussie, dit préparation. Etre organisée pour éviter de perdre son temps.

Se présenter, oui, marquer nos interlocuteurs, c’est obligatoire. Cela se prépare, cela se teste avant la soirée networking.

Un pitch efficace doit permette à l’interlocuteur de comprendre ce que je fais, à qui je m’adresse, en quoi je suis différente et quels sont les bénéfices de mon offre.

Ah ! les concurrents ! Je sais que je vais croiser d’autres coachs, d’autres consultants, et pourtant, je suis unique, je sais comment le dire et j’en suis fière.

Etre remarquée, être remarquable.

Ma présentation, c’est aussi mon langage non verbal, quelque chose qui attire le regard, qui interroge l’interlocuteur. Je porte des lunettes bleues, j’aime la couleur, une veste, une paire de chaussures. Une autre façon de dire qui je suis, cela traduit ma personnalité, on oublie souvent qu’elle fait partie de notre offre.

Je n’oublie pas mes cartes de visite, et en nombre suffisant !

Dernière étape de la préparation. Je prends du temps pour regarder qui sera présent à la soirée networking.

J’identifie ceux et celles avec lesquels j’ai envie d’échanger, puis, je repère des copains, les concurrents aussi. La plus simple, la liste existe, l’organisateur la publie, dans le cas contraire, et on y pense rarement, la demander aux organisateurs. Alors, on fonce.

Une dernière suggestion : publier notre participation sur les réseaux sociaux. Certains auront peut-être envie de nous rencontrer. Et pourquoi ne pas inviter certains contacts virtuels à participer à cette soirée ? Se rencontrer IRL, une façon de prolonger les liens virtuels et
poursuivre la conversation.

Etre à l’écoute de l’autre, ma posture pendant la soirée networking

Trouver des clients lors d’une soirée de networking, c’est tout sauf agresser l’autre.

Ah ! Le consultant qui ne parle que de lui, la coach qui cherche à mettre le doigt sur ce qui ne marche pas. On n’écoute plus, on a juste envie de trouver une parade pour écourter la conversation.

Les as du networking cherchent des clients, eux aussi. Oui, mais, cela ne se voit pas, on ne les sent pas fébrile, parlant, et parlant encore, la peur de rater une opportunité.

Pourquoi ?

D’abord, parce que cette soirée networking, ce n’est pas l’unique opportunité de la semaine, une question de vie ou de mort. Pas d’enjeu, de « et si je n’y arrivais pas… »

Et puis, qui dit prospection dit préparation et objectif. Donc, on sait pourquoi on est là et on sait ce que l’on doit faire avant, pendant et après (c’est la suite de l’article )

En résumé, pas de pression, j’ai envie d’être là, je suis heureuse de rencontrer d’autres personnes.

Ensuite, parce qu’avant de travailler ensemble, il faut créer une relation de confiance.

Lors d’une soirée networking, je m’intéresse aux autres d’abord, à qui ils sont, à ce qu’ils font.
Quand mon interlocuteur parle, je suis concentrée sur ce qu’il me dit. Rien de pire que celui qui regarde ailleurs et essaie de placer sa présentation rapidement pour ferrer le prospect.

J’écoute, je pose des questions, je m’intéresse. Bon, cela ne doit pas être un diagnostic, un entretien de vente, mais, tisser un lien, faire connaissance. Viendra ensuite le temps où ils s’intéresseront à nous, à qui nous sommes et à ce que nous faisons.

C’est à notre tour de parler ! Adieu langage technique, méthodes, outils. C’est pas le moment. Je parle de ce que j’aime, de mes clients plutôt que de moi, du concret. Tout cela traduit pourquoi j’ai choisis cette activité ; mon enthousiasme, mon énergie se diffusent.

Les bonnes attitudes pendant la soirée networking

Il y a longtemps je préférais ne pas arriver parmi les premiers. Et j’ai changé d’avis car j’ai compris les avantages à être là au démarrage de la soirée.
Je peux parler aux organisateurs, c’est plus difficile ensuite et puis, les aider parfois, cela crée des liens.

L’attention est au top au début de la soirée networking, les personnes sont plus attentives au début de la soirée qu’après une conférence et un passage au buffet.

Comment briser la glace ? Entamer la conversation ?

Demander ce que mon interlocuteur a pensé de la conférence, de l’atelier. Et s’il n’y a pas de conférence, je dis quoi ?

« Que faites-vous dans la vie, quel est votre activité ? » Efficace, pas très original.

Et ces groupes ? Cela parle, cela rit. Il y a un espace, on a envie d’y rentrer, on n’ose pas toujours. Quoi dire, quoi faire ? Sourire, s’y glisser, écouter. Si la parole tourne, il arrivera un moment où je me présenterai, et si non pourquoi ne pas intervenir, moins pour me mettre en avant que pour faire avancer la discussion.

Et que faire quand votre interlocuteur « vous tient la jambe ». Rester bloquée toute la soirée networking avec cet expert RH, ce consultant, ce n’était vraiment pas prévu. Il faut alors prendre congé poliment. Une visite au buffet, un copain que vous venez de voir et devez saluer, on apprend à être créative.

Dernier conseil et dernière chose à faire lors d’une soirée networking : donner sa carte de visite plutôt à la fin de la discussion.

Les actions à faire après une soirée networking

Le lendemain de la soirée, je prévois une plage horaire pour faire le suivi de mes contacts.
Suivre mes contacts ! Trois actions à faire !

  • Je tiens mes engagements, un article promis, un contact, une mise en relation, je réponds présente et je fais ce que j’ai dit que je ferai
  • J’invite les personnes sur les réseaux sociaux. Je pense souvent à linkedIn, je passe ensuite sur twitter et facebook
  • J’envoie un mail à chaque contact

Que dire à ceux qui nous intéressent ? Des clients potentiels, des prospects.

J’ai été ravie de faire leur connaissance et je leur propose d’échanger plus longuement avec eux lors d’un prochain rendez-vous.

Le petit plus ? Un message personnalisé. Je recrée un lien, je glisse dans le message un élément qui rappelle la conversation de la veille, signe de mon écoute.

Et pour les autres, un mail de remerciement aussi. Je leur propose, alors, de tenir informée de leur actualité.

En résumé, voici les 6 actions pour réussir une soirée networking

  • Je connais mon objectif
  • J’identifie les participants
  • Je fais une bonne première impression, remarquée et remarquable
  • Je m’intéresse d’abord aux autres
  • Je donne ma carte de visite à la fin de la conversation
  • Je tiens mes engagements et relance mes contacts

Prêt pour une prochaine soirée networking ! Une conférence, une soirée à recommander ? Une phrase brise glace originale ? Partageons nos bonnes pratiques !

Frédérique Genicot, fondatrice de MeDoWe - Coaching pour femmes entrepreneures
FRÉDÉRIQUE GENICOT

Je m’appelle Frédérique Genicot, je suis entrepreneure, votre coach pour le développement commercial de votre activité. Ma passion : transmettre et faire grandir l’Autre. Je vous motive à tester, à essayer, à sortir de votre zone de confort avec bienveillance et authenticité. Ce que j’aime, ce qui me motive, c’est voir votre activité décoller, sentir la confiance vous gagner, vous voir devenir ce que vous avez choisi d’être.