Comment rebondir après un échec ?

Entrepreneurs
MeDoWe : Comment rebondir après un échec ?
20 juin 2017 | Frédérique Genicot

Les mots « réussite » et « échec » ne sont pas forcément contradictoires ! D’ailleurs, les américains ont un proverbe qui affirme : « Fail fast, succeed faster ». L’idée qui se cache derrière est simple : plus vous échouez rapidement, plus vous apprenez de vos erreurs et vous ouvrez une route vers la réussite. Mais concrètement, comment transformer ses échecs en réussite ? Voici quelques pistes proposées par Frédérique Genicot, entrepreneure et fondatrice de MeDoWe.

Éviter le lien entre rater un projet et être une ratée

L’échec est souvent douloureux car il suscite en nous des doutes sur nos capacités. On perd confiance en nous, on se sent nulle, et on a parfois peur de remonter en scène…

« Pourtant, un échec prouve qu’on a tenté quelque chose pour atteindre nos objectifs. C’est donc déjà très positif, car cela montre que nous sommes en mouvement. Les seules personnes qui n’échouent jamais sont celles qui ne tentent rien », relativise Frédérique.

Soyons donc plus indulgentes envers nous-mêmes, et félicitons-nous d’avoir essayé, plutôt que de nous focaliser sur nos erreurs.

Reconnaitre votre échec pour rebondir plus facilement

Pour réussir ses échecs, il faut déjà s’autoriser à les reconnaître en tant que tels, en évitant la posture de victime. Nous avons tous une réaction et une attitude différente face à l’échec, qui peuvent varier selon le domaine, l’interlocuteur ou la situation.

« Observez votre façon de réagir à l’échec : est-ce que vous vous énervez, vous agitez et criez ? Est-ce que vous intériorisez ? Est-ce que vous rentrez dans un dialogue interne négatif ? Savoir cela vous permettra de mettre en place de nouvelles réactions et attitudes, plus productives, pour gérer l’échec», explique Frédérique Genicot.

Voir nos échecs comme une possibilité de s’améliorer

On réussit rarement du premier coup… Mais chaque échec nous permet de nous rapprocher du but, en nous améliorant progressivement. Alors ne nous décourageons pas et suivons plutôt ce précepte de Samuel Beckett : « Essayer, rater, essayer encore, rater encore. Rater mieux ».

« Nos échecs nous offrent la possibilité d’apprendre : sur nous, sur la situation rencontrée, et même sur nos désirs profonds » nous dit la fondatrice de MeDoWe. « Par exemple, lorsque on crée une entreprise, être capable de surmonter vos échecs est un vrai test de motivation. Et sur la durée, c’est aussi un signe de votre persévérance et de votre réelle envie de voir ce projet aboutir »

Et finalement positivez vos échecs

Suite à un échec, outre la déception ou le découragement, la réaction habituelle est de voir les aspects négatifs de la situation.

Alors oui, il y en a. Mais il n’y a pas que cela.

« Un échec, c’est avant tout le signe que vous avez agi, malgré votre peur ou votre manque de confiance. Vous pouvez donc être fière de vous. L’échec est aussi positif lorsqu’on rebondit, qu’on en tire les conclusions qui s’imposent. Cela permet au final d’améliorer votre confiance en vous, de voir que vous pouvez vous sortir de situations difficiles » rappelle Frédérique

Alors pourquoi ne pas célébrer vos échecs ? Après tout, ils vous ont permis de tester votre motivation, de prendre une orientation différente et sans doute plus pertinente sur un projet. Ils sont le début d’autre chose, d’une nouvelle page à écrire ! Ça se fête, non ?

Frédérique Genicot, fondatrice de MeDoWe - Coaching pour femmes entrepreneures
FRÉDÉRIQUE GENICOT

Je m’appelle Frédérique Genicot, je suis entrepreneure, votre coach pour le développement commercial de votre activité. Ma passion : transmettre et faire grandir l’Autre. Je vous motive à tester, à essayer, à sortir de votre zone de confort avec bienveillance et authenticité. Ce que j’aime, ce qui me motive, c’est voir votre activité décoller, sentir la confiance vous gagner, vous voir devenir ce que vous avez choisi d’être.